20182018

     Trois heures de TGV à travers des steppes poussiéreuses. On aperçoit des collines bleues. L’air est chargé de particules, l’horizon gris et montagneux. Au détour de bosquets surgissent des groupes de fermes à mi-chemin entre habitations et chantier abandonné.

     Notre hôtel à Samarcande est à quatre kilomètres de la place du Registan au centre ville. On commande un taxi à la réception et il en arrive un, officiel ou non. Le prix dépend du nombre de personnes plus que de la longueur de la course. Il varie entre presque rien et moins que rien. Au moment de payer ce trajet, je me suis dit : « L’équivalent d’un franc cinquante par personne, ce n’est vraiment pas cher. » J’ai réalisé alors que le chauffeur m’avait demandé mille cinq cents sums, soit l’équivalent non pas d’un franc cinquante, mais ce quinze centimes ! Pour trouver un restaurant à deux kilomètres, un chauffeur a mis une demi-heure, a effectué cinq ou six tournés sur route, demandé son chemin à des passants. À défaut d’en avoir déniché un, son collègue nous avait déposé la veille devant un théâtre. Un autre, visiblement pressé, nous a ramenés un soir à l’hôtel en brûlant quelques feux rouges, avec des points de cent-vingt kilomètres heure en ville. Pour prévenir ce type de conduite durant la journée, un policier est posté à côté des feux aux principaux carrefours.

2018     En Ouzbékistan, chacun suit ses propres règles, nous explique Nina, la joviale guide rondelette qui nous fait visiter Samarcande. Elle s’exprime dans un allemand rapide en roulant les r, qu’elle a appris en DDR au temps de l’Union soviétique. Dans un élan de solidarité, les républiques de l’Union ont contribué à financer la reconstruction de l’Ouzbékistan après le tremblement de terre de 1966. La Russie n’est pas considérée avec hostilité, ce qui  n’empêche pas Nina de se moquer du régime communisme qui ambitionnait de régler les problèmes dans tous les domaines. Les Ouzbeks avaient l’habitude de dire : « L’hiver est derrière, le printemps est là, merci au Parti communiste. »

2018